AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-07, 10:52

Reportage de Radio Canada avec une vidéo

Source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/10/26/002-asclepiade-soie-amerique-production-recolte-soyer-du-quebec.shtml


Le champ produit déjà au bout de deux ans, au lieu des trois années prévues pour l'implantation. Les abeilles assistent les monarques pour la pollinisation. En passant, elles produisent du miel d'asclépiade.  Photo :  François Allard


Les follicules sont à maturité et prêts à être récoltés. La récolte doit se faire avant que la « perruche » craque et que les fibres apparaissent.  Photo :  Radio-Canada/Jean-Michel Leprince

Citation :
L'asclépiade (Asclepias syriaca), c'est la plante à l'état sauvage, la « mauvaise herbe ». Mais celle que l'on cultive s'appelle maintenant officiellement soyer du Québec (dans la vallée du Saint-Laurent) et son produit, la fibre chaude, souple, résistante et hydrophobe, s'appelle dorénavant soie d'Amérique.

Ainsi en ont décidé les pionniers de cette nouvelle culture et cette industrie naissante qui promet des vêtements chauds repoussant l'humidité, des isolants thermiques et acoustiques ou des absorbants pétroliers. Des propriétés uniques, écologiques et prometteuses.

L'asclépiade est l'habitat et la nourriture du monarque, ce papillon qui émigre tous les hivers au Michoacan, au Mexique, et revient au nord au printemps.

Il y a eu très peu de monarques au Québec cette année, sauf dans la région de Saint-Tite, où se trouvent les champs de Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark, et d'une vingtaine d'autres agriculteurs.

À 250 grammes de fibre par manteau et en moyenne 2500 manteaux par hectare, il y a de quoi faire au moins 250 000 vêtements chauds. Et il y aurait plusieurs grandes marques mondialement connues sur les rangs. « On a eu plusieurs demandes du marché dans différents secteurs d'applications », soutient François Simard, PDG de Encore 3, « ce qui fait que tout ce que nous avons ici est déjà engagé chez certains de nos clients. »

« On trouvera la soie d'Amérique dans les premières collections de vêtements d'hiver, qui seront des collections d'exploration, aussi dans les absorbants pétroliers et dans des produits de literie. »
— François Simard, PDG de Encore 3
Le fabricant québécois de vêtements de sport Chlorophylle a déjà une longueur d'avance. Il met au point une combinaison extrêmement chaude et hydrophobe qui pourrait remplacer le duvet et permettre à un alpiniste d'apporter deux fois moins de vêtements et de sacs de couchage dans une expédition. Le test suprême : l'Everest, en mai 2016, avec l'alpiniste Jean-François Tardif.

Les producteurs visent une récolte de 400 hectares l'an prochain (300 hectares ont été ensemencés en 2014) et on veut ensemencer 1500 hectares de plus au printemps 2016. « La semence, c'est le nerf de la guerre », explique Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark. « La première étape, c'est la cueillette indigène. Une fois traitée, préparée, on assure la traçabilité, pour implanter les grains dans les mêmes régions où ils ont été cueillis pour rassurer les entomologistes, s'assurer que le papillon ne change pas son aire de migration. »

Grâce au Centre des semences forestières de Berthier, on a réussi à réduire le coût d'ensemencement du soyer du Québec de 15 000 $ à 180 $.

« Avec le grain, on imite ce que fait l'hiver. Il gèle très fort, c'est le refroidissement. Puis il est trempé dans l'eau froide, il faut un certain taux d'humidité et puis il est implanté. C'est le travail de sortie de dormance, ils ont des machines spécialisées qui font ça à Berthier. »
— Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark
Le rendement prévu pour l'agriculteur est de 1000 $ à 1500 $ net par hectare, l'équivalent d'un hectare de maïs sucré, mais sur des terres marginales, moins fertiles.

La première usine industrielle de séchage et de séparation de la fibre des graines est maintenant opérationnelle à Saint-Tite. D'autres usines seront construites ailleurs au Québec près d'autres aires de production, notamment au Bas-Saint-Laurent, en Estrie et dans les Laurentides.

Le programme ACCORD du gouvernement du Québec appuie le projet. Son représentant, Ghislain Bouchard, est enthousiaste.

« C'est un produit 100 % québécois et un projet qui peut nous amener d'énorme potentiel pour le futur. Il n'existe nulle part ailleurs dans le monde. Les équipements sont fabriqués ici. Personne n'a cette technologie-là; on a les devants sur tout. À nous d'en profiter. »
— Ghislain Bouchard, programme ACCORD du gouvernement du Québec

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-07, 10:53

L’Asclépiade de Syrie (Asclepias syriaca) ou Herbe à la ouate, parfois appelée Herbe aux perruches est originaire de l'Amérique du Nord et s'est naturalisée en France dans les champs et les lieux sablonneux, çà et là dans le Centre : Environs de Paris, Loir-et-Cher, Allier, Loire, Rhône, Ain, Isère, Drôme, Ardèche, Gard.
Fiche Tela Botanica : http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-7201-synthese

Je viens de commander des graines d'asclepiade commune (Asclepias syriaca) ici :https://www.etsy.com/fr/listing/129184802/asclepias-syriaca-asclepiade-commune-50

Comment la cultiver
Citation :
EN BREF
Sol : Riche
Exposition : Soleil - Mi-ombre
CONSEILS
Plante vivace au feuillage caduc.

Semis : en avril-mai.
Dans un mélange de terre et compost. Soit en pot ou en pleine terre.
Attention aux semis spontanés car les graines ont une petite soie à l'extrémité, ce qui facilite leur envol.

Plantation : au printemps.
Une fois les jeunes pousses bien développées, mettez-les en pleine terre. N'hésitez pas à mettre une barrière anti-rhizome autour du pied car l'asclepias peut devenir envahissant. C'est plus prudent.

Floraison : en été.
Petites fleurs de couleur rose très parfumées qui forment des boules.

Fructification : après la floraison, en septembre.
Gros fruits piquants pas comestibles, les fameuses perruches. On les accroche facilement autour d'un vase avec leur tige. Impression de voir des perruches en train de boire. Se garde très longtemps de la sorte. Les fruits finiront pas sécher.
Attention quand vous prenez les fruits avec les doigts car ils dégagent un latex qui colle les doigts.

Entretien :
Possibilité de diviser le pied au printemps.
Source http://www.jardinier-amateur.fr/jardin/asclepias_syriaca_herbe_aux_perruches,872.html

Il faut compter 2 à 3 ans à partir du semis pour avoir les premiers fruits.

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-07, 10:55

Quelques infos sur la préparation de la fibre afin de la filer :
Citation :
Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande écrit :

« La plante appelée Apocynum majus Syriacum erectum1, dans l'histoire des plantes du Canada de M. Cornut, et Asclepias Syriaca dans Linnæus (Spec. p. 214)2 porte des gousses qui sont pleines d'une soie végétale, assez abondante et assez douce pour mériter d'être employée dans les arts3 ; plusieurs personnes ont tenté d'en faire usage ; M. Rouvière à Paris en avait obtenu le privilège mais il faisait un grand mystère de ses procédés ; voici ceux qu'on emploie à Naples.

On nettoie ce duvet, ou cette soie, de manière qu'il n'y ait ni semences, ni feuilles, ni membranes ; on le met en macération pendant l'espace de 12 ou 15 jours, suivant la saison, dans de l'eau de pluie, où l'on aura fait fondre du savon, une once et demie pour chaque pinte d'eau. Dans les premiers jours cette matière jette une couleur jaune, capable de teindre les mains ; il faut alors changer l'eau et le savon, afin qu'elle macère ou mûrisse mieux. On ôte ensuite cette soie de dedans l'eau ; on la presse avec les mains, on la lave plusieurs fois dans de l'eau fraiche de pluie jusqu'à ce qu'on en ait enlevé tout le savon, et que l'eau en sorte claire. On la fait sécher à l'ombre, on la peigne et on la carde avec beaucoup de délicatesse et de ménagement, et on la file comme du coton avec de petits fuseaux.

Cette opération qui est de même espèce que celle de faire rouir le chanvre dans les marais, attendrit et emporte la gomme végétale, ou la partie visqueuse qui enveloppant les filets de l'apocin, leur donne de la raideur et les rend trop lisses pour qu'ils puissent s'accrocher, se tortiller et s'unir dans la filature.

Cependant l'apocin après cette macération n'est propre encore qu'à faire des bas, des gants, ou autres tissus qui ne demandent pas beaucoup de souplesse et de velouté ; mais pour faire des étoffes, elle exige une préparation ultérieure, dont je n'ai pas eu communication4. »
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Asclepias_syriaca
Livre duquel est extraite cette citation : Voyage d'un francais en Italie de Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande https://books.google.fr/books?id=TmhYAAAAcAAJ&pg=PA295&hl=fr#v=onepage&q&f=false

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-07, 10:57

Beaucoup de détails sur la culture et l'utilisation de cette plante dans ce livre à télécharger :
Traité des Asclépiades particuliérement de l'Asclépiade de Syrie
https://books.google.co.uk/books?id=h9EaAAAAYAAJ&pg=PA58&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=3#v=onepage&q&f=false

A partir de la page 98 pour la plante et sa culture

p 112 et 113 pour la récolte
Citation :
Il préfèrera de les couper (les gousses) quand elles sont peu ouvertes (...) Il choisira un temps chaud et sec ; il coupera les gousses à mesures qu'elles commenceront à s'ouvrir, et il les étendra dans un endroit sec et aéré, sur des filets ; celles qui n'étaient pas fort avancées s'ouvrent d'elles-même peu à peu et à mesure qu'elles se sèchent. Le duvet soyeux parvient à sa maturité et acquiert de l'élasticité. On les renferme alors dans des grands sacs et l'on sépare la soie des graines et des gousses de la même manière que cela se pratique pour le coton.

et p 120 à 122 pour la préparation de la fibre.
Citation :
On commence par débarrasser les aigrettes soyeuses des semences (...) Ce travail est très facile, principalement lorsque les gousses viennent d'être cueillies et qu'elles ne sont pas encore trop sèches (...) On fait ensuite sécher la soie dans des sacs de toile fine, au soleil ou près d'un poêle, dont la chaleur la fait friser et lui donne une élasticité parfaite. On la remue encore une fois avec les mains, et on la bat avec des baguettes très minces, afin de faire tomber les nœuds qui unissent quelques fois les aigrettes près des graines. C'est à ses précautions que se réduit la préparation de la soie de l'asclépiade, pour lui donner une molesse et une élasticité comparables à celles de l'édredon. (...) Il peut arriver à la longue que la soie se comprime et perde un peu de son élasticité. Le remède est le même que pour l'édredon, exposez-la au soleil ou mettez-la dans une pièce chauffée.

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...


Dernière édition par LaMouette le 2016-02-24, 12:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-07, 11:00

Au bout d'une douzaine de jours, elles viennent du Canada, j'ai reçu les graines!!!
Il ne me reste plus qu'à attendre le printemps pour les semer.

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
LaMouette

avatar

Messages : 673
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 68
Localisation : Moulins (Allier)

MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   2016-01-24, 12:10

Dans le livre cité plus haut (https://books.google.co.uk/books?id=h9EaAAAAYAAJ&pg=PA58&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=3#v=onepage&q&f=false) il est dit que les tiges contiennent de belles fibres qui se préparent comme celles du lin ou du chanvre.

Une expérience de préparation des fibres de la tige d'asclépiade par ébullition
http://crowcallingwoman.blogspot.fr/2007/07/milkweed-all-in-one-wild-miracle-plant.html

Je continue mes recherches...

_________________
Ô toi, lecteur anonyme, si cette publication a eu l'heur de te plaire, sache qu'un petit commentaire me réjouirait le cœur...
Revenir en haut Aller en bas
http://lalaineetmoi.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle plante textile, la soie d'Amérique [lien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma nouvelle plante et son cache-pot. (Rotin)
» Nouvelle plante???
» Nouvelle sur le forum - design textile
» Présentation d'une nouvelle en Design Textile
» Nouvelle section la broderie Glazig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autrement... mais mieux ! :: Artisanat et savoirs-faire :: Travail des fibres :: Filage et traitement des fils-
Sauter vers: